Biometrics in Banking and Payment - Amsterdam
Border Security Conference & Exhibition
Connect:ID 2018
SDW 2018 - Security Document World

Reconnaissance faciale : premiers pas vers un guide de bonnes pratiques aux Etats-Unis

Le gouvernement américain lance des consultations auprès des entreprises, des consommateurs ou des internautes en vue d'encadrer les nouvelles utilisations de la reconnaissance faciale, mais sans légiférer.


Détection de visage automatique - Wikimedia Commons

Entité dépendant du ministère américain du commerce, le service national des télécommunications et de l'information (National Telecommunications and Information Administration, NTIA), organise à partir du 6 février et jusque fin juin une série de consultations afin d'établir un guide des bonnes pratiques en matière de reconnaissance faciale. Le NTIA constate qu'il est nécessaire « d'assurer la transparence, la sécurité ainsi que le respect des droits des consommateurs, [...] dans les utilisations commerciales actuelles et futures de la technologie de la reconnaissance faciale ».

Mannequins espions

Ces rencontres, au nombre de huit, auront lieu à Washington et sont ouvertes à tous : entreprises, universitaires, associations de consommateurs, etc. Elles aborderont les « problèmes de confidentialité » que pose la reconnaissance faciale, notamment la « transparence lorsqu'elle est utilisée dans les commerces ou autres lieux publics. » Cette technologie est de plus en plus employée outre-Atlantique par des magasins, des boîtes de nuit, ou des services en ligne à des fins diverses (marketing, ciblage publicitaire, mesures d'audience en temps réel, offres de produits "sur mesure", sélection des clients, par exemple) mais n'est pas réglementée jusqu'à présent : le consentement des usagers n'est en général jamais requis.

Ainsi, aux Etats-Unis, Benetton expérimente des mannequins espions dans ses vitrines. La caméra, placée dans un des yeux du mannequin, transmet la vidéo à un logiciel de reconnaissance faciale afin de déterminer le sexe, l'âge ou la couleur de la peau des clients. L'objectif est d'adapter leurs offres et d'augmenter leurs ventes. Cette technologie fait le bonheur des services marketing parce qu'elle permet de cibler chaque individu et de lui faire des offres sur mesure.

Au Royaume Uni, Tesco va plus loin encore en adaptant la publicité en temps réel. La chaîne de magasins a équipé 450 stations services d'écrans publicitaires faisant de la détection faciale sur ceux qui les regardent : l'écran affiche des publicités selon l'âge et le sexe détectés par la caméra intégrée.

Déguisement inutile

Les rencontres du NTIA ont également pour objectif d'étudier les « mécanismes de contrôle des consommateurs » sur la diffusion de leurs images, alors que la reconnaissance faciale est largement disponible, notamment grâce aux réseaux sociaux. Aux Etats-Unis, Facebook utilise cette technologie pour identifier ses utilisateurs. Le système compare les données biométriques extraites des photos publiées avec les nouvelles images mise en ligne par les utilisateurs. Il peut donc potentiellement reconnaître un utilisateur à l'arrière-plan d'une photo prise dans la rue par un inconnu. Il est inutile de se déguiser : cette technologie parvient à passer outre les écharpes, chapeaux ou lunettes de soleil, comme l'a montré le nouveau logiciel de NEC utilisé pour reconnaître les célébrités dans les hôtels ou les magasins.

Facebook a suspendu cette fonctionnalité de reconnaissance faciale au sein de l'Union européenne en septembre 2012, à l'issue des protestations des organismes européens de protection des données, notamment ceux d'Allemagne, de Norvège et d'Irlande.

En 2013, le NTIA a organisé des consultations sur la protection de la vie privée dans les applications mobiles. De grandes entreprises des nouvelles technologies comme AT&T, Apple, Google ou Microsoft y ont participé et le projet a abouti à une liste de recommandations destinées aux entreprises américaines. En matière de protection de vie privée comme de reconnaissance faciale, le gouvernement de Barack Obama préfère miser sur des guides de bonnes pratiques, non contraignantes, plutôt que sur une loi.

Source : Le Monde.fr
Kora Saccharin (Monde Académie)

   
   
© Copyright © 2017 - Didier Guillerm - Tous droits réservés

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.