Forensic Research and Technology
World e-ID and Cybersecurity
Identity World
Security Document Summit
Border Security Conference & Exhibition
SDW 2018 - Security Document World

Revue de presse de la biométrie - Mai 2010

 

  • Un système biométrique 100% algérien en 2015
    L'Algérie aura son propre système biométrique dans environ cinq ans, a annoncé, dimanche à Alger, le Directeur général de la Recherche scientifique et du développement technologique (RSDT) Abdelahafid Aoureg. En attendant, le passeport et la carte biométriques sont socialement mal vécus. «La réalisation du système biométrique de conception 100% algérienne, devra se faire d'ici cinq à six ans», a-t-il affirmé, en marge des travaux de la Première école d'été algérienne sur la biométrie (First algerian summer school on biometrics- ASSB-2010).
  • La biométrie rencontre le grand public
    Le 1er avril 2010 la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés a autorisé la Banque Accord à expérimenter un système de paiement avec authentification du réseau veineux du doigt. Un premier pas vers un usage de masse de la technologie biométrique ?
  • Le vol d'identité concerne aussi les entreprises
    Le nombre de petites compagnies confrontées à des problèmes d'usurpation d'identité est croissant. La raison : un manque de protection de ses données sensibles et des failles au niveau des organismes d'immatriculation.
  • SAFRAN : commande de 35 millions de dollars dans la sécurité aux USA
    Safran, via sa filiale Morpho Detection, a remporté un nouveau contrat avec la TSA (Transportation Security Administration), autorité chargée de la sécurité aérienne rattachée au ministère américain de la protection du territoire. Ce deuxième contrat en un an porte sur 1 200 unités supplémentaires d'Itemiser DX, le système de détection de traces d'explosifs (ETD) de Morpho Detection. Signé à l'issue d'un appel d'offres concurrentiel lancé par la TSA, ce contrat de plus de 35 millions de dollars représente la plus importante commande unique enregistrée à ce jour par la société.
  • Suisse - Piscine de Schaffhouse
    Les empreintes digitales comme laissez-passer pour la piscine
  • La Grande-Bretagne enterre la société de surveillance
    Pour son tout premier discours de politique générale, Nick Clegg, le nouveau Vice-Premier ministre libéral-démocrate britannique, a déclaré vouloir mettre un terme à la société de surveillance : "Il est scandaleux que les gens respectueux des lois soient régulièrement traitées comme si elles avaient quelque chose à cacher."
  • Biométrie et Vidéosurveillance, de nouveaux service d'ALTHENA
    La société ALTHENA a conçu et développé pour les professionnels et utilisateurs de systèmes de vidéosurveillance et de biométrie des prestations administratives innovantes consistant à élaborer la totalité des dossiers administratifs obligatoires (demande d'autorisation Préfectorales, déclaration à la CNIL, information du personnel et du public) en cas d'installation d'un système de vidéosurveillance ou de biométrie dans un lieu ouvert au public ou un lieu privé où s'exerce une activité professionnelle.
  • Premiers DAB avec reconnaissance biométrique en Europe
    Déjà présents au Japon, les distributeurs automatiques de billets embarquant la reconnaissance biométrique commencent à peine à faire leur apparition en Europe.
  • Corée du sud - Contrôles biométriques
    A partir du mois d'août prochain, tous les étrangers de plus de 17 ans qui entreront sur le territoire sud-coréen devront faire enregistrer leurs empreintes digitales et se faire photographier lors de leur passage à l'immigration. Cette directive votée très récemment sera le premier outil de reconnaissance biométrique mis en place dans le cadre de la loi sur le contrôle de l'immigration. Dans les mois à venir, d'autres données biométriques seront relevées, comme par exemple les empreintes de l'iris.
  • La biométrie à l’hôpîtal
    Un centre de radiothérapie de Lille va expérimenter le contrôle de l'identité des patients par leur empreinte digitale afin de s'assurer qu'il administre le bon traitement au bon patient. La CNIL, qui a autorisé ce dispositif, nous en explique les enjeux et les modalités concrètes.

  • Haut de page
   
   
© Copyright © 2017 - Didier Guillerm - Tous droits réservés

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.