Empreintes digitales - Forme de la main - Visage - Iris - Rétine - Réseau veineux - Analyse comportementale - Voix - Signature dynamique - Frappe au clavier - Démarche ...
Border Security Conference & Exhibition 2019
Identity Week
International Police Expo

Cartes bancaires biométriques

Aujourd'hui pour régler un achat avec votre carte bancaire, vous pouvez composer votre code secret ou utiliser le paiement sans contact. Bientôt, vous pourrez peut-être simplement toucher votre carte avec votre pouce. Des moyens de paiements intégrant un capteur d'empreinte digitale sont en effet actuellement en cours d’expérimentation.

"Il suffit d’apposer son doigt sur le capteur, il y a une reconnaissance qui est faite entre le doigt et l'empreinte enregistrée dans la puce (...) C'est l'équivalent biométrique d'un code pin", explique Patrice Meilland, senior vice-président stratégie d'IDEMIA. Une nouvelle façon de sécuriser le paiement sans contact qui pourrait donc ne plus être limité à 30€.

Une innovation déjà testée au Japon et qui intéresse plusieurs banques dont la société générale.

Une expérimentation est prévue début 2019 pour s'assurer notamment que les clients français sont prêts à passer à la biométrie.

La Société Générale a annoncé jeudi 18 octobre 2018 qu’elle allait tester la carte bancaire biométrique. Munie d’un capteur, cette carte permet à l’utilisateur de valider une transaction grâce à son empreinte digitale.

La banque française sera la première à utiliser cette technologie. Elle n’a communiqué aucune date concernant le lancement de ce dispositif à ses clients. Mais une partie de ses salariés va très prochainement tester ce nouveau moyen de paiement, rapporte BFM TV.

Lancement pour le grand public début 2019 ?

« Une centaine de nos collaborateurs va être tirée au sort dans les prochains jours et recevra une carte en novembre. Ils feront les retours nécessaires sur la technologie et l’usage de ce nouveau produit », a ainsi expliqué un porte-parole de la Société Générale à Capital.

Le grand public devra probablement attendre début 2019 pour utiliser ce mode de paiement, dont le lancement imminent avait été annoncé il y a peu par le Groupement des cartes bancaires CB.

"Les clients utilisent leur empreinte digitale pour déverrouiller leur téléphone quotidiennement et donc qu'ils l'utilisent pour valider leurs paiements avec un outil qui est fourni par leur banque (...) il n'y a pas de trop de doute là-dessus" assure Julien Claudon, responsable des cartes et de la digitalisation de l'offre à la Société générale.

Notre carte bancaire munie d’une puce inventée par Roland Moreno, va donc évoluer prochainement. Après la fonction de paiement sans contact disponible depuis quelques années, elle va donc recevoir un capteur d'empreintes digitales.

Cette nouveauté pourrait apporter un gros avantage : supprimer le plafond de 30€ et éviter de saisir le code à 4 chiffres associé à votre carte bleue. Il sera toujours possible de l’utiliser avec l’ancienne méthode. Elle pourra évidemment servir pour tirer de l’argent ou payer sur internet.

Ici, le processus sera identique à celui du paiement sans contact, avec, en plus la validation à l’aide de son empreinte digitale. Celle-ci sera enregistrée sur la carte au préalable.

La question du stockage des informations « sensibles » ainsi recueillies, peut se poser.

L’empreinte digitale est « stockée » dans la carte uniquement. C’est un algorithme correspondant à un modèle mathématique. La reconstitution de l’empreinte est impossible en cas de piratage.

« Aucun élément lié à cette empreinte ne sera transmis au commerçant ou à la banque », insiste la Société Générale. La banque compte sur la sécurité renforcée de cette technologie, mise au point par la société française Idemia, pour généraliser encore un peu plus le paiement sans contact. Près de deux milliards de transactions sans contact sont prévues en 2018, note BFM TV.

Comment procéder ¶

La carte va être équipée d’un capteur d’empreinte digitale sous la forme d’un petit carré noir situé en bas à droite de la carte. Il faudra positionner le doigt qui se pose intuitivement sur le lecteur, et placer la carte à proximité du terminal de paiement. Un maintien de “quelques millisecondes” suffira. L’opération se ferait donc sans contact.

En d'autres termes, «l'empreinte digitale se substitue au code secret"

Afin de sécuriser l’enregistrement de la bonne empreinte, sous-entendu aussi, de la « bonne personne ». Il sera enregistré deux empreintes de deux doigts différents, si une blessure empêche la reconnaissance de l’un. L'enregistrement de ces empreintes se fera par en agence bancaire ou par le biais une application mobile, associée à un code.

La carte biométrique sera compatible avec les terminaux de paiement actuels.

L’usage traditionnel de la carte avec un code, sera toujours possible, pour les retraits d'espèces au distributeur de billets par exemple.

Identité Augmentée

La technologie utilisée en collaboration avec IDEMIA, est le module de capteur d’empreintes digitales T-Shape de Fingerprint Cards.

La banque envisage de supprimer le plafond des paiements sans contact, actuellement fixé à 30 € en France, sur la base de l’authentification client renforcée et fournie par un capteur d’empreinte digitale, selon le communiqué. Goode Intelligence a noté dans un rapport récent que la possibilité d’utiliser des cartes sans contact pour des transactions de plus grande valeur est l’un des facteurs potentiels qui, selon elle, entraînera l’utilisation de la biométrie pour les paiements de 2,6 milliards de personnes d’ici 2023.

Le module T-Shape, qui fait partie de la série FPC1300 (capteurs tactiles ultra-minces optimisés pour une intégration dans les cartes à puce), indique que sa consommation énergétique est extrêmement basse et que ses performances biométriques sont supérieures, grâce à des terminaux de paiement sans contact standard.

La Société Générale a également ouvert un compte biométrique en ligne (avec reconnaissance faciale biométrique et selfie dynamique). Cette nouvelle annonce est la première pour IDEMIA depuis que Yann Delabrière a été nommé en remplacement de Didier Lamouche en tant que PDG.

Les cartes à puce sans contact constituent l’un des trois segments du marché. Les cartes à empreinte digitale ont été identifiées comme zones cibles depuis son apparition au Mobile World Congress de 2018 à Shanghai. Les capteurs de la série FPC1300 et la solution F.CODE d’IDEMIA ont été utilisés lors du premier essai de carte de paiement biométrique au Japon, qui a été lancé plus tôt cette année.

Le paiement sans contact

Payer sans contact dans les commerces est largement entré dans les usages. En 2017, le nombre de ce type de paiement a doublé : avec les 51,2 millions de cartes sans contact en circulation en France, un peu plus 1,2 milliard de règlements sans frappe de code ont été enregistrés (628,5 millions en 2016) pour un montant total de 12,9 milliards d’euros (6,5 milliards d’euros en 2016) selon l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP) de la Banque de France. Malgré tout, la crainte de perdre sa carte ou de la voir volée puis utilisée instantanément de manière frauduleuse est prégnante. D’ailleurs, la fraude existe bien : 2,8 millions d’euros ont été dérobés aux porteurs de cartes perdues ou volées par ce biais en 2017, selon l’OMSP. Ce qui pousse même certains clients des banques à désactiver complètement la fonction sans contact de leur carte pour écarter tout risque. A condition que leur établissement les y autorise, ce qui n’est pas toujours le cas.

 

La CNIL vigilante

Une technologie qui promet plus de sécurité au client, mais qui inquiète aussi les autorités du monde entier. En 2015, aux Etats-Unis, un fichier contenant plus de cinq millions d'empreintes digitales de fonctionnaire a été piraté.

Pour éviter le vol d'empreinte, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) propose quelques mesures simples. "La CNIL conseille de ne pas conserver l'empreinte dans une base, une base qui serait interne à la banque (...) concrètement, j'ai une carte bancaire, ma carte bancaire contient ma donnée biométrique (...) il n'y a pas de base à pirater."

Après la carte à empreinte digitale, la carte à reconnaissance faciale pourrait aussi un jour faire son entrée dans notre quotidien. Un test est prévu prochainement dans un pays européen.

 

 Sources :

https://www.unsimpleclic.com

https://www.rtl.fr

https://www.legifiscal.fr

https://www.lesfurets.com

https://iatranshumanisme.com

https://www.mieuxvivre-votreargent.fr

https://www.francetvinfo.fr

 

Formation conseil en biométrie

Biometrie-Online.Net vous propose des actions de
Formation - Conseil sur mesure en intra.

Ces sessions permettent aux participants d'acquérir les bases de la biométrie, afin de comprendre les solutions biométriques mises en œuvre dans leur secteur d’activité.

Formation Conseil Biométrie Biométrique

À l’issue des actions de Formation - Conseil, les participants seront capables de :

  • Connaître le contexte, le marché, les enjeux, la place de la biométrie dans la sécurité et la gestion des identités.
  • Comprendre le fonctionnement des technologies biométriques, terminologie, avantages et limites.
  • Appliquer la règlementation.
  • Lister les problématiques du déploiement, propre à chaque type d’application.

Lire la suite

Le réseau social de la biométrie

Vous avez un intérêt pour la biométrie.

Vous pouvez adhérer au groupe « Biometrics Network & Forum » sur Linkedin.Plus

de 10 000 membres, des utilisateurs finaux, des fournisseurs, des chercheurs vous attendent.

En tant que membre du groupe, vous pouvez lire et soumettre des articles sur la biométrie, nouveaux produits, emplois, nouvelles de l'industrie et des événements.

Cliquez ici pour rejoindre le groupe.

LinkedIn 648x200

Il y a également des sous-groupes par modalité.

 

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.