Empreintes digitales - Forme de la main - Visage - Iris - Rétine - Réseau veineux - Analyse comportementale - Voix - Signature dynamique - Frappe au clavier - Démarche ...
Biometrics HITech Summit
Global ID Summit
Global Iris & Face Recognition Summit 2018
OFSEC - Oman Fire, Safety and Security Exhibition
Border Management & Technologies Summit Asia Conference & Exhibition
Security Document Summit
Facial Recognition
Cyber Security 2018

Identité du futur

La technologie à la base du bitcoin sera bientôt testée pour simplifier les passages à la frontière canadienne.

Qu’ont en commun la chaîne de bloc (blockchain), la biométrie, le chiffrement numérique et les applications mobiles? Ces quatre technologies font partie d’un nouveau système d’identité numérique pour voyageurs connus qui sera mis en place au Canada dans le cadre d’un projet pilote. Un système futuriste et ambitieux, qui pourrait toutefois déplaire aux défenseurs de la vie privée.

Le concept du Known Digital Traveler Identity (KDTI) a été dévoilé la semaine dernière au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, par un groupe de travail rassemblant notamment des gouvernements (Canada, Pays-Bas, États-Unis), des entreprises privées (Accenture, Air Asia, Google, Visa) et des agences internationales (Association internationale du transport aérien, INTERPOL).

Le projet vise à simplifier toutes les étapes du voyage, notamment les passages aux frontières, en permettant aux autorités d’évaluer le niveau de risque des voyageurs avant même leur arrivée à l’aéroport.

L’idée est simple, mais le processus pour y parvenir reste complexe. Avec le KDTI, chaque organisme participant au système – gouvernements, entreprises privées, services de sécurité – ajoute de l’information dans un registre décentralisé, inspiré de la chaîne de bloc du bitcoin. Le KDTI n’est pas une nouvelle base de données centrale regroupant les informations privées des voyageurs – ce qui serait pratiquement impossible à mettre en place entre les pays – mais plutôt une sorte de table des matières des informations existantes.

« Le registre peut par exemple indiquer que vous possédez un visa pour un pays, et cette information est confirmée par les autorités du pays en question », explique Carl Sharpe, responsable de l’analyse avancée de données et de l’intelligence artificielle chez Accenture Canada, une entreprise qui a contribué au développement du programme.

Plus un voyageur utilise le système, plus celui-ci accumule des données. On y retrouve notamment ses déplacements, le fait qu’un pays lui ait refusé l’entrée, son statut de voyageur fréquent, sa scolarité, ses vaccins, ses informations biométriques (pour l’identifier notamment avec ses empreintes digitales).


L’interface mobile du KDTI pour les agents frontaliers. Photo : Accenture.

C’est avec ces informations qu’un pays peut évaluer le niveau de risque du voyageur. Un entrepreneur qui passe sans problème la frontière entre les États-Unis et la Grande-Bretagne toutes les semaines pourrait ainsi être considéré comme posant un faible risque lors de son arrivée au Canada. En débarquant de l’avion, une application mobile pourrait donc lui indiquer de se rendre dans une file plus rapide, comme le font les détenteurs d’une passe NEXUS actuellement au Canada.

NEXUS est un programme volontaire qui permet aux voyageurs fréquents de passer plus rapidement la frontière et la sécurité à l’aéroport, à condition de se soumettre à une enquête de l’Agence des services frontaliers du Canada.

Le KDTI est d’ailleurs l’équivalent d’un programme Nexus, mais où la confiance se gagne automatiquement avec le temps plutôt qu’après une analyse poussée d’un individu par des agents.

À l’opposé, le système peut aussi prédire quels voyageurs présentent le plus de risques. « Les entreprises technologiques ont fait des avancées importantes dans la collecte de données, l’apprentissage machine et l’intelligence artificielle, explique dans un document de travail Rob Torres, directeur responsable de Google Travel. Avec les informations fournies par les passagers, ces technologies peuvent être employées par les gouvernements pour (…) analyser des jeux de mégadonnées complexes et prédire les risques de sécurité frontalière. »

Il faudra toutefois attendre encore plusieurs années avant d’en arriver là. Si le projet pilote entre le Canada et les Pays Bas qui sera mis en place cette année se déroule bien, le système sera déployé graduellement seulement ensuite, à mesure que les pays, les entreprises et les organismes s’entendront entre eux.

Une montagne de données

Le KDTI rassemble beaucoup d’informations privées, mais celles-ci sont chiffrées, illisibles sans un code d’accès, et seul l’utilisateur lui-même en a le contrôle. Pour consulter un historique de voyage et un inventaire de visas, les agents frontaliers devront demander la permission à l’utilisateur, qui pourra alors donner accès aux informations de son choix à l’aide d’une application mobile.

S’il refuse, les agents ne pourront pas lire les informations sur le KDTI. Le voyageur devra alors s’expliquer en personne, et pourrait même se voir interdire l’entrée au pays.

La liste des informations enregistrées dans le registre du KDTI est potentiellement longue, et pourrait susciter des craintes chez les organismes de défense de la vie privée, surtout que plusieurs entreprises privées y auront accès, comme les compagnies aériennes et les chaînes d’hôtels.

Accenture ne s’attend toutefois pas à ce que la population s’en inquiète vraiment. « Les citoyens acceptent de plus en plus de donner leurs informations privées en échange d’un service simple, et nous croyons que ce sera la même chose ici », estime Dave Telka, directeur responsable de la santé et des services publics numériques chez Accenture Canada.

Les habitudes des citoyens sur Internet tendent d’ailleurs à lui donner raison : les gens divulguent leurs informations privées à Facebook et Google pour profiter de leurs services gratuits. Quand ils auront le choix entre donner leurs informations pour passer rapidement à la douane ou refuser de les partager et devoir faire la longue file avec les autres voyageurs récalcitrants, il y a fort à parier qu’ils choisiront la facilité.

À moins que le système ne les classe avec les personnes à risque. Passer la frontière sera alors plus difficile que jamais, peu importe si leur mauvaise note est justifiée ou non.

Les Pays-Bas participeront activement au projet-pilote. De nombreux partenaires comme le département de la Sécurité intérieure des États-Unis, l’Agence nationale de lutte contre la criminalité du Royaume-Uni, Interpol, Google et Visa se sont également joints au projet.

Le système permettra aux voyageurs de transmettre leurs renseignements aux gouvernements et aux fournisseurs de voyages à l’aide d’appareils mobiles personnels.

En simplifiant et en accélérant les procédures aéroportuaires pour les voyageurs dignes de confiance, les autorités veulent concentrer davantage de temps et d’énergie à vérifier les informations des voyageurs qui présentent des risques.

Ce projet devrait également aider les autorités à faire face à un flux de voyageurs en croissance constante. D’ici 2030, le gouvernement canadien prévoit que le nombre de personnes qui arriveront par avion de l’étranger devrait atteindre 1,8 milliard sur une base annuelle, ce qui représente une augmentation de 50 % par rapport à 2016.

Sources : https://lactualite.com -http://www.tvanouvelles.ca -

Formation conseil en biométrie

Biometrie-Online.Net vous propose des actions de
Formation - Conseil sur mesure en intra.

Ces sessions permettent aux participants d'acquérir les bases de la biométrie, afin de comprendre les solutions biométriques mises en œuvre dans leur secteur d’activité.

Formation Conseil Biométrie Biométrique

À l’issue des actions de Formation - Conseil, les participants seront capables de :

  • Connaître le contexte, le marché, les enjeux, la place de la biométrie dans la sécurité et la gestion des identités.
  • Comprendre le fonctionnement des technologies biométriques, terminologie, avantages et limites.
  • Appliquer la règlementation.
  • Lister les problématiques du déploiement, propre à chaque type d’application.

Lire la suite

Le réseau social de la biométrie

Vous avez un intérêt pour la biométrie.

Vous pouvez adhérer au groupe « Biometrics Network & Forum » sur Linkedin.Plus

de 10 000 membres, des utilisateurs finaux, des fournisseurs, des chercheurs vous attendent.

En tant que membre du groupe, vous pouvez lire et soumettre des articles sur la biométrie, nouveaux produits, emplois, nouvelles de l'industrie et des événements.

Cliquez ici pour rejoindre le groupe.

LinkedIn 648x200

Il y a également des sous-groupes par modalité.

 

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.