Biometrics in Banking and Payment - Amsterdam
Border Security Conference & Exhibition
Connect:ID 2018
SDW 2018 - Security Document World

Quixter crée le paiement biométrique

Sur le campus de l’université Lund, en Suède, plus besoin de carte bancaire ni de cash pour effectuer ses achats. Il suffit de placer la paume de sa main sur un support relié à un scanner, et le tour est joué. Cette innovation technologique est la réalisation d’une startup suédoise, Quixter, créée en 2012 par un étudiant ingénieur, Fredrik Leifland.

Le jeune homme faisait un jour la queue à une caisse de supermarché. Il prit conscience alors de la complexité du processus de paiement et se demanda comment le simplifier. Et c’est là que lui vint cette idée. Chaque individu possède en effet un dessin de veines unique dans la paume de sa main, ce qui permet une identification sécurisée. Il suffit de relier ce dessin à un compte : la main suffit pour payer.

Une première sur le marché

Cette solution représente une alternative intéressante aux technologies de paiement NFC (Near Field Communication ou Communication en champ proche) qui requièrent un téléphone de technologie NFC et n’ont pas encore réussi à se populariser.

Le scanning des veines de la main n’est pas nouveau en soi. Il a été intégré aux distributeurs automatiques des banques au Japon notamment depuis plusieurs années à titre de sécurité supplémentaire. Mais l’application qu’en a faite Quixter est une première. D’après Fredrik Leifland, il y a d’autres entreprises qui travaillent actuellement sur des solutions similaires mais aucune n’est encore sur le marché.

Pas besoin de carte bancaire

Quixter a intégré le lecteur de veines de Fujitsu, PalmScan, qu’il relie à un terminal. Le client tape les quatre derniers chiffres de son numéro de téléphone sur un terminal. Cette étape a été volontairement ajoutée pour ralentir le processus, obligeant l’acheteur à vérifier le montant de son achat avant de présenter sa paume. Ceci afin de limiter les risques de litiges. Les fonds sont prélevés sur un compte Quixter, ce qui permet de court-circuiter l’étape de la carte bancaire.

quixter 2 - Visions magQuixter débite le compte bancaire de l’usager deux fois par mois. Le montant maximum des achats pouvant être effectués par un usager Quixter est limité à 270€ par période de 14 jours.

1600 utilisateurs sur le campus

“Nous travaillons en ce moment avec toutes les principales banques suédoises” explique Fredrik Leifland dans sa vidéo de démonstration. Outre l’aspect pratique de pouvoir faire ses achats les mains dans les poches, sans mot de passe à mémoriser, le jeune patron revendique une sécurité garantie. Selon lui il n’y a aucun moyen de frauder avec ce système.

Le système Quixter est déjà opérationnel et utilisable dans une quinzaine de points de vente sur le campus de l’université de Lund, et compte 1600 utilisateurs (majoritairement étudiants) à ce jour. L’entreprise se rémunère en prélevant un pourcentage sur chaque transaction.

Plus rapide qu’un paiement cash

Bien-entendu, les enjeux sont tels qu’il faudra du temps avant que la création de Quixter se développe sur une large échelle. Fredrik Leifland reconnaît que la mise en place du projet pilote sur le campus de Lund durant ces deux dernières années a représenté un énorme travail.

Reste que ce système de paiement peut représenter une solution intéressante pour lutter contre l’accroissement du paiement par carte pour des petites transactions qui génère des files d’attentes aux guichets et caisses. Le système Quixter est en effet plus rapide qu’un paiement cash ou carte selon son créateur.

Vidéo de démonstration :

Sources photos : http://visionsmag.com

   
   
© Copyright © 2017 - Didier Guillerm - Tous droits réservés

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.