Forensic Research and Technology
World e-ID and Cybersecurity
Identity World
Security Document Summit
Border Management & Technologies Summit Asia 2017
Border Security Conference & Exhibition
SDW 2018 - Security Document World

Therminologie - Définition

Ce glossaire va vous permettre de mieux appréhender le monde de la biométrie et son jargon spécifique. Vous y trouverez la définition des mots essentiels pour comprendre ce domaine

Terminologie - Définition

Le mot « biométrie » est d´origine grecque : « Metron » - mesurer et « Bio » - la vie.

  • Le mot Anglais "Biometric", utilisé pour définir "La mesure des éléments morphologiques des humains", est fréquemment traduit en français par "Biométrie".
  • La définition de "Biométrie", est en fait (Petit Robert) : "Science qui étudie à l'aide de mathématiques (statistiques, probabilités) les variations biologiques à l'intérieur d'un groupe déterminé".
  • En français, le terme représentant "La mesure d'éléments de l'homme" est "Anthropométrie".
  • Par commodité (similitude avec la langue anglaise), le terme "Biométrie" est utilisé à la place du terme "Anthropométrie".

Glossaire

  • 1 contre 1 : Voir authentification
  • 1 contre n : Voir identification
  • AFIS : Automated Fingerprint Identification System. Système automatisé de recherche d’empreintes utilisé principalement pour des applications policières
  • Authentification : Procédé permettant de vérifier l’identité d’une personne. Il comprend deux étapes :
    1. L’utilisateur fournit un identifiant « Id » au système de reconnaissance (par exemple un numéro d’utilisateur)
    2. L’utilisateur fournit ensuite un échantillon biométrique qui va être comparé à l’échantillon biométrique correspondant à l’utilisateur « Id » contenu dans la base de donnée biométrique du système. Si la comparaison correspond, l’utilisateur est authentifié
  • Identification : Procédé permettant de déterminer l’identité d’une personne. Il ne comprend qu’une étape :
    • L’utilisateur fournit un échantillon biométrique qui va être comparé à tous les échantillons biométriques contenus dans la base de données biométriques du système. Si l’échantillon correspond à celui d’une personne de la base, on renvoie son numéro d’utilisateur. Sinon l’identification échoue
  • BioAPI : Biométric Application Programming Interface. Interface de programmation standard commune à tous les moyen biométriques, définie par le BioAPI Consortium
  • Biométrie comportementale : Il s’agit d’un type de biométrie caractérisée par un trait d’attitude qui est appris et acquis au fil du temps (par exemple sa façon de signer un document,de marcher, d'utiliser un clavier...) plutôt que par une caractéristique physiologique
  • Capteur biométrique : Dispositif d’acquisition permettant d’obtenir une représentation numérique d’un élément du corps humain
  • Capture : méthode de collecte d’un échantillon biométrique d’un utilisateur
  • Caractéristique Biométrique : La plupart des systèmes biométriques ne compare pas directement les données acquises (image, son, etc.). On utilise plutôt différentes méthodes mathématiques pour extraire une quantité de données moins importante, mais contenant l’essentiel de l’information permettant de différencier deux individus (par exemple les minuties dans le cas de l’empreinte digitale). Ces données sont des éléments caractéristiques.
  • CIP/NIP : Code/Numéro d’Identification Personnel. En anglais PIN « Personnal Identification Number ». Combinaison de chiffres et/ou de lettres destinés à l’identification d’une personne. Le CIP est unique ; il ne peut qualifier qu’un seul individu. Les codes confidentiels de cartes bancaires ne sont pas des CIP puisqu’un même code peut être attribué à plusieurs personnes
  • Classification : Ce procédé permet d’affecter une donnée biométrique à une classe donnée. La classification est utilisée par exemple par certains systèmes de reconnaissance d’empreintes digitales (avec des classes telles que : boucles, arches ou tourbillons), dans le but d’accélérer les identifications. En effet, la séparation des données en plusieurs classes permet de réduire la taille de la base de recherche et donc d’accélérer le processus
  • Comparaison : Processus d’évaluation de correspondance d’un échantillon biométrique avec un ou plusieurs modèle(s) de référence précédemment stocké(s)
  • Correspondance : Processus de comparaison d’un échantillon biométrique avec une référence déjà stockée et évaluation du degré de similarité. Une décision d’acceptation ou de rejet est fondée sur le dépassement ou non du seuil par le score
  • Critère de performance : critère prédéterminé établi pour évaluer la performance d’un système biométrique et testé Degrés de liberté : Nombre de caractéristiques statistiquement indépendantes d’une donnée biométrique
  • Degrés de liberté : nombre de données statistiquement indépendantes contenues dans un échantillon biométrique. Cela exprime la complexité d’une donnée en terme de quantité d’information.
  • Donnée biométrique : Information extraite d’un échantillon biométrique et utilisé soit pour construire un modèle de référence ou pour comparer à des modèles existants
  • Échantillon biométrique : Représentation sous forme numérique d’un élément du corps humain. On obtient un échantillon biométrique à l’aide d’un capteur biométrique
  • Échec à l’enrôlement : Événement ayant lieu lorsqu’une personne ne réussit pas à s’enrôler. Ceci inclut les cas où la personne ne peut pas fournir l’échantillon biométrique demandé, les cas où la qualité de l’échantillon est insuffisante, etc
  • Taux d’échec à l’enrôlement : Evaluation statistique de la partie de la population ne pouvant pas être enrôlée sur un système donné. Ce taux dépend de la méthode de capture, du capteur et de l’algorithme utilisé ainsi que des caractéristiques de la population étudiée
  • Empreinte digitale : Motif formé par les crêtes et les vallées du relief cutané
  • Empreinte latente : Trace d’empreinte laissée sur un objet après contact entre celui-ci et un doigt. C’est ce type d’empreintes qui est relevé sur les scènes de crime
  • Enrôlement : Étape initiale au cours de laquelle sont capturées les données biométriques qui serviront de références lors des authentifications ou identifications futures. C’est aussi lors de cette étape qu’un identifiant est associé aux données biométriques de chaque personne. Un soin tout particulier doit être apporté à cette première capture, car c’est sa qualité qui déterminera les performances futures du système
  • Extraction : Processus de conversion d’un échantillon biométrique capturé en donnée biométrique pouvant être comparée au modèle de référence
  • Fausse Acceptation : Événement ayant lieu lorsqu’un système biométrique accepte une personne alors qu’elle n’est pas dans sa base d’utilisateurs. Cette événement doit être le plus rare possible pour assurer la sécurité d’un système biométrique
  • Faux Rejet : Événement ayant lieu lorsqu’un système biométrique refuse une personne alors qu’elle est dans sa base d’utilisateurs. Cet événement est souvent dû à une mauvaise acquisition des données biométriques et est perçu comme une gène par l’utilisateur
  • TFA - Taux de fausse acceptation : Indique la probabilité qu’un utilisateur inconnu soit identifié comme étant un utilisateur connu. Ce taux définit la sécurité du système biométrique
  • TFR - Taux de faux rejet : Indique la probabilité qu’un utilisateur connu soit rejeté par le système biométrique. Ce taux définit en partie le confort d’utilisation du système biométrique
  • TEE - Taux d’égale erreur : Donne un point pour lequel le TFA est égal au TFR
  • Gabarit : En anglais : Template. Modèle initial créé au cours de l’enrôlement. Modèle mathématique décrivant certaines caractéristiques physiques ou comportementales d’un individu. On comparera par la suite les demandes de reconnaissance à ce modèle
  • Identification : Voir Authentification
  • Iris : Partie colorée de l’oeil, percée en son centre par la pupille. L’iris se contracte en fonction de la luminosité ambiante pour laisser passer plus ou moins de lumière à travers la pupille. La couleur de l’iris est déterminée par la quantité de mélanine qu’elle contient. L’iris est bleu quand la mélanine est peu concentrée, elle devient plus foncée quand sa concentration augmente. Lors d’une analyse biométrique de l’iris, la couleur de celle-ci n’est pas prise en compte. Seul le motif complexe formé par sa texture est pris en compte
  • Matching (Algorithme de) : Procédé mathématique permettant d’effectuer la comparaison de deux échantillons biométriques
  • Mifare - La fréquence 13,56 MHz est celle des badges dit "main libre" répondant au standard Mifare popularisé par Philips.
    Originellement il s'agissait d'applications pour les transports (beaucoup de métal) avec du ticketing et de l'abonnement. Le succès aidant Mifare est devenu un standard de fait, avec des zones cryptées, des plages applicatives et des capacités variables suivant les badges.C'est le futur de la carte bancaire et sécuritaire, sans oublier l'étiquetage (le RFiD) puisque l'on dispose de véritables plages applicatives tout en simplifiant l'interopérabilité.
    Comme la biométrie est assez gourmande en mémoire (par rapport à des codes artefacts invariants) il nous fallait plus de capacité tout en gardant le confort acquis par la lecture sans contact.
    Le problème technique est que l'on ne place pas facilement de l'énergie sur un badge (peut être bientôt avec les piles polymères Batscap) car l'on doit respecter le format ISO des cartes bancaires (76/100 mm)
    Le 13,56 Mhz va de 5 à 100 cm et le 2,4 GHz peut porter jusqu'à 15 mètres, mais à condition que la carte dispose de sa propre énergie.
  • Minuties : Petites imperfections dans le flot des lignes cutanées d’une empreinte digitale. Il en existe différents types (îlot, lacs, etc.) mais seules deux sont utilisés dans les applications informatiques de reconnaissance d’empreintes : les fins de lignes et les bifurcations. Les minuties ne sont qu’un type d’élément caractéristique utilisé par les systèmes de reconnaissance. Certains systèmes utilisent d’autres méthodes pour effectuer la reconnaissance (analyse de texture par exemple)
  • Modèle de référence : Donnée représentant une caractéristique biométrique d’un individu utilisée par un système biométrique pour permettre la comparaison avec des échantillons soumis a posteriori
  • Moteur biométrique : Ensemble d’algorithmes permettant l’enrôlement, le matching, ainsi que toutes les étapes intermédiaires du procédé de reconnaissance d’un élément biométrique (amélioration des images, détermination de la qualité, extraction des caractéristiques discriminantes, etc)
  • Prétendant : Personne soumettant un échantillon biométrique pour vérification d’une identité
  • Rétine : Membrane transparente tapissant l’intérieur du globe oculaire. Elle est formée de cellules nerveuses photo-réceptrices (les cônes et les bâtonnets) connectées avec les fibres du nerf optique. C’est elle qui transmet les informations lumineuses permettant au cerveau de former les images que nous voyons. Lorsque l’on effectue une analyse biométrique de la rétine, on étudie le schéma formé par le tapis veineux situé au niveau de la rétine
  • ROC Curve (Receiver Operating Caracteristics curve) : Dans le cadre biométrique, cette courbe représente l’évolution du FRR en fonction du FAR. L’étude de cette courbe permet de déterminer les performances d’un système biométrique
  • SDK (Software Development Kit) : Littéralement « kit de développement logiciel ». Ensemble de briques logicielles permettant d’intégrer une solution tierce (par exemple l’acquisition d’une empreinte digitale à l’aide d’un capteur) dans une autre application, sans pour autant posséder le code source de celle-ci
  • Seuil de décision : L’acceptation ou rejet d’une donnée biométrique dépend du passage du score de correspondance au-dessus ou au-dessous du seuil. Ce dernier est ajustable pour rendre le système biométrique plus ou moins strict, cela dépend des éléments requis par tout système application biométrique
  • Seuil de rejet : Score minimum en dessous duquel un algorithme biométrique rejettera une authentification/identification
  • Seuil d'acceptation : Score au dessus duquel un algorithme biométrique acceptera une authentification/identification
  • Système Biométrique : Dispositif automatisé permettant de :
    1. Acquérir des données biométriques
    2. Extraire des informations discriminantes à partir de données
    3. Comparer ces informations avec celles contenues dans un ou plusieurs gabarits servant de référence.
    4. Décider s’ils correspondent
    5. Indiquer à l’utilisateur si l’authentification ou l’identification a réussi ou échoué
  • Système multimodale : Système utilisant différents moyens d’authentification (biométriques ou non) pour vérifier l’identité d’une personne
  • Taux d’erreur égal : Quand le seuil de décision d’un système est établi pour que la proportion de faux rejet soit approximativement égal à la proportion de fausse acceptation on a un taux d’erreur égal
  • Temps de réponse : Période temporelle requise par un système biométrique pour retourner une décision sur l’authentification d’un échantillon biométrique
  • Tentative d’authentification : Soumission d’un élément à un système biométrique pour identification ou vérification. Un système biométrique peut permettre plus d’un essai pour identifier ou authentifier
  • Utilisateur : Personne interagissant avec un système biométrique pour enregistrer ou faire vérifier son identité (différent de l’opérateur)
  • L'interface Wiegand (début 1990) est une connectique normalisée utilisée pour brancher des têtes de lecture de badges sur les cartes de contrôle commande (les UTL).
    Il existe d'autres méthodes qui sont toutes héritées de périodes fastes pour certains constructeurs (Wiegand) ou qui ont fait l'objet de tentatives de normalisation (ISO 2 des anciens lecteurs magnétiques dans les années 1980) TTL (le signal) ou bien sûr le RS 232 et plus tard le RS 485 (non adressé la plupart du temps). Ces deux derniers, comme l'USB aujourd'hui font transiter du dialogue et non des signaux.
    Le Wiegand dispose d'une portée théorique de 150 m contre 15 à une RS 232, mais 1500 à un 485. Le tout avec des câbles de type AWG22.
   
   
© Copyright © 2017 - Didier Guillerm - Tous droits réservés

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.